La Banque de France abaisse à 0,3% sa prévision de croissance au 1er trimestre

Lundi, la Banque de France a abaissé sa prévision de croissance pour l’Hexagone à 0,3% pour le premier trimestre 2019. 

La Banque de France a abaissé lundi à 0,3% sa prévision de croissance économique pour la France au premier trimestre, dans un contexte de fort ralentissement de l’activité au niveau international et européen.

Malgré une progression de l’activité.

Ce chiffre est en baisse de 0,1 point par rapport à une première estimation publiée le 11 février. Il est également inférieur à la prévision de l’Insee, qui anticipe 0,4% de croissance sur les trois premiers mois de l’année. Selon la banque centrale, qui se base sur son enquête mensuelle de conjoncture auprès des chefs d’entreprise, la dégradation des perspectives trimestrielles intervient malgré une progression de l’activité au cours du mois de février.

Accélération dans l’industrie et le transport.

Par rapport à janvier, la production industrielle a ainsi rebondi le mois dernier, notamment dans les produits informatiques, la chimie et les machines et équipements. D’après les chefs d’entreprise interrogés, “l’activité continuerait de croître au même rythme en mars”, souligne la Banque de France, qui fait état de carnets de commande qui “se stabilisent”.

L’activité a également accéléré dans le secteur des services, portée par le transport et les activités de conseil, tandis que la progression est restée “dynamique” dans le secteur du bâtiment. Dans ces deux secteurs, les responsables d’entreprise interrogés prévoient une poursuite de la croissance de l’activité en mars, sur fond de prix qui augmentent légèrement, d’après la banque centrale.

Ralentissement généralisé en Europe.

La nouvelle prévision trimestrielle de la Banque de France intervient dans un contexte de ralentissement généralisé de l’activité en Europe et dans le monde, et à un moment de tensions commerciales avec les Etats-Unis. Jeudi dernier, la Banque centrale a ainsi fortement revu à la baisse sa prévision de croissance économique pour la zone euro en 2019, à 1,1% au lieu des 1,7% précédemment anticipés. Cette situation devrait pousser la Banque de France, qui pariait jusqu’à présent sur 1,5% de croissance pour l’Hexagone, à assombrir son pronostic économique pour 2019 dans le cadre de ses prévisions pluriannuelles qui seront publiées jeudi.