Carrefour : accord majoritaire portant sur 3.000 départs maximum

Force ouvrière et la CGC vont signer l’accord de rupture conventionnelle collective par lequel le groupe Carrefour prévoit 3.000 départs, dont 1.230 suppressions de postes. 

Un accord de rupture conventionnelle collective portant sur un maximum de 3.000 départs dans les hypermarchés Carrefour va pouvoir entrer en vigueur grâce à la signature de deux organisations pesant plus de 50% du personnel, Force ouvrière (46%) et la CGC (7%), selon ces syndicats.

Le géant de la grande distribution entend se recentrer sur l’alimentaire, avec une restructuration touchant six secteurs (caisses des stations d’essence, rayons hifi-électroménager et bijouterie, traitement des recettes en magasin, encadrement et services de paie). Jusqu’à 3.000 départs sont prévus (dont 1.230 suppressions de postes) dans le cadre d’un projet de rupture conventionnelle collective (RCC) comprenant un volet pré-retraites.

La CGT ne “signera pas un accord qui détruit l’emploi”

Force ouvrière, première organisation syndicale chez Carrefour, a signé l’accord mardi matin, et la CFE-CGC, par la voix de son représentant Thierry Faraut, a indiqué à l’AFP qu’elle signerait également mardi. Pour sa part, la CGT ne “signera pas un accord qui détruit l’emploi”, selon Philippe Allard, délégué de groupe.

La CFDT fait état de “80% de retours négatifs” de sa base dans l’entreprise et ne signera pas, précise Sylvain Macé, délégué syndical central.

L’accord entrera en vigueur en juin

L’accord prévoit une clause de rendez-vous d’ici à la fin de l’année, ouvrant la possibilité d’un avenant permettant “d’augmenter le nombre maximum de départs visés”, dénonce Sylvain Macé. “On ne peut pas donner un chèque en blanc à l’entreprise”. “Il s’agit d’une formule juridique”, assure le directeur des ressources humaines de Carrefour Jérôme Nanty. “Je peux vous assurer que nous ne souhaitons pas dépasser le plafond de départs prévu dans l’accord”.

Pour la CFDT, l’ouverture des départs volontaires alors que des métiers sont supprimés, dans la bijouterie et l’électroménager, “met ces salariés dans des situations intenables” et le délai imparti (jusqu’au 31 décembre) est insuffisant pour construire un projet professionnel ou obtenir un reclassement. “On calera le rythme des suppressions de postes sur les départs volontaires, il n’est pas question de supprimer un poste tant qu’une solution n’a pas été trouvée pour le salarié”, affirme Jérôme Nanty.

Une fois formellement signé par les deux syndicats, l’accord sera soumis à la direction régionale du Travail (Direccte) pour une entrée en vigueur estimée en juin. Il prendra fin le 31 décembre 2019.