Brexit : il y a une “bonne chance d’accord” mais l’UE doit “bouger”, selon Boris Johnson

Interrogé par la chaîne de télévision Sky, Boris Johnson a averti que tout accord sur la sortie du Royaume-Uni “demandera du mouvement” de la part de l’UE. 

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a estimé lundi qu’il existait “une bonne chance d’accord” sur le Brexit mais qu’il fallait que l’Union européenne “bouge”, dans un entretien à la chaîne de télévision Sky.

À l’issue d’un entretien avec son homologue luxembourgeois Xavier Bettel à Luxembourg, Boris Johnson a averti que tout accord sur la sortie du Royaume-Uni “demandera du mouvement” de la part de l’UE. Interrogé sur son absence à la conférence de presse conjointe programmée après la rencontre, le dirigeant conservateur a argué de la présence à proximité d’une manifestation anti-Brexit. Le Premier ministre luxembourgeois a conduit la conférence de presse tout seul, à côté d’un pupitre vide. “Il allait clairement y avoir beaucoup de brouhaha et je pense que nos arguments auraient été noyés (par le bruit)”, s’est-il justifié.

“Il y a une bonne chance d’accord”

Boris Johnson s’est dit persuadé d’avoir “suffisamment de temps pour conclure un accord entre maintenant et les 17 et 18 octobre”, date d’un Conseil européen à Bruxelles, considéré par beaucoup comme le sommet de la dernière chance. “Oui, il y a une bonne chance d’accord, je peux en voir la forme. Tout le monde peut voir en gros ce qui peut être fait”, a-t-il assuré. “Mais cela demandera du mouvement (de la part de Bruxelles) et il faudra que le système par lequel l’UE peut contrôler le Royaume-Uni après notre départ, à savoir le dit ‘backstop’, disparaisse”, a réaffirmé le Premier ministre britannique.

Boris Johnson est déterminé à obtenir la suppression de la clause du “backstop” (“filet de sécurité”), qui vise à empêcher le rétablissement après le Brexit d’une frontière physique entre l’Irlande, membre de l’UE, et la province britannique d’Irlande du Nord. Cette disposition prévoit que le Royaume-Uni tout entier reste dans un “territoire douanier unique” avec l’UE si une meilleure solution n’est pas trouvée à l’issue d’une période transitoire. Pour l’UE, cette clause de sauvegarde est incontournable faute d’alternative crédible.

More from author

Related posts

Advertisment

Latest posts

La suisse cherche à synthétiser du GNV pour développer un carburant

Le GNV n’est peut-être pas un terme avec lequel vous êtes familier, pourtant vous l’utilisez sûrement tous les jours pour cuisiner et vous chauffer....

L’hydrogène : l’avenir du carburant alternatif ?

La crise écologique qui touche la planète demande à chacun de se poser des questions sur les solutions pour la limiter. Par exemple, réduire...

e-Palette, une réalité

Au cours du CES de 2018, l’Alliance e-Palette composée de Toyota et de grands groupes tels que Amazon ou Uber, a présenté l’e-Palette concept....

Want to stay up to date with the latest news?

We would love to hear from you! Please fill in your details and we will stay in touch. It's that simple!