Tennis : Djokovic balaye l’idée d’un contentieux avec Federer et Nada

Alors que Rafael Nadal et Roger Federer ont regretté le départ prochain de l’actuel patron du circuit masculin, voulu par Djokovic, ce dernier a assuré qu’il entretenait toujours de bonnes relations avec les deux champions.

Le numéro 1 mondial Novak Djokovic a assuré mercredi en marge du Masters 1000 de Miami qu’il s’entendait toujours bien avec Roger Federer et Rafael Nadal, déçus du prochain départ du patron du circuit masculin (ATP), Chris Kermode, voulu par le Serbe. “Je n’ai pas remarqué de changements de leur part ou de la mienne”, a déclaré Djokovic lors d’une conférence de presse avant son entrée en lice dans le tournoi vendredi.

“Cela ne sert à rien de créer des tensions entre nous ou des divisions. Au contraire, j’ai de bonnes relations avec eux, on a toujours eu du respect les uns pour les autres”, a-t-il poursuivi.

Nadal et Federer n’ont pas été consultés par Djokovic

Djokovic qui est le président du conseil des joueurs de l’ATP, a fait campagne pour que le contrat de Chris Kermode, à la tête du circuit masculin depuis 2014, ne soit pas renouvelé. La décision de son départ fin 2019 a été prise avant le coup d’envoi du Masters 1000 d’Indian Wells lors d’un vote du conseil d’administration de l’ATP où les joueurs disposent de trois voix, sur un total de sept.

Durant le tournoi californien, Federer et Nadal avaient indiqué l’un et l’autre qu’ils regrettaient d’une part cette décision et d’autre part de ne pas avoir été consultés par Djokovic. Le maestro suisse a depuis indiqué qu’il était prêt à s’impliquer à nouveau dans le fonctionnement de l’ATP.

Federer prêt à s’impliquer à nouveau dans l’ATP

“Nous les accueillons volontiers, comme tout autre joueur (…) Ce sont deux joueurs emblématiques de notre sport depuis si longtemps et leurs avis sont extrêmement importants. S’ils veulent s’impliquer dans les discussions politiques, de façon officielle ou non, cela ne peut être que positif”, a insisté Djokovic.

Le vainqueur du dernier Open d’Australie est revenu sur les raisons qui l’ont conduit à plaider pour un départ de Chris Kermode. “A plusieurs reprises, quand les meilleurs joueurs ont voulu s’impliquer et être entendus, rien de ce qu’ils avaient dit n’a été pris en compte”, a-t-il expliqué, sans entrer dans les détails.

La dernière étape du Tour de France partira des Yvelines jusqu’en 2023

“L’idée est d’accompagner la montée en puissance de France 2024 pour les JO”, a déclaré Pierre Bédier, président du Conseil des Yvelines, dans la mesure où les épreuves olympiques de cyclisme sont prévues sur le territoire du département.

La dernière étape du Tour de France partira du département des Yvelines jusqu’en 2023, ont annoncé mercredi ses organisateurs. La convention a été signée mercredi à Versailles par le directeur du Tour, Christian Prudhomme, et le président du Conseil de ce département situé à l’ouest de Paris, Pierre Bédier.

En juillet prochain, la 21e étape de la Grande Boucle s’élancera de Rambouillet, l’une des villes les plus connues du département. Les sites de départ des éditions suivantes, pour la dernière étape qui se conclut dans la capitale, n’ont pas été dévoilés à l’exception de 2023. Cette année-là, à douze mois des JO de Paris, le Tour s’élancera le dernier jour du Vélodrome national de Saint-Quentin-en-Yvelines.

“L’idée est d’accompagner la montée en puissance de France 2024 pour les JO”

“L’idée est d’accompagner la montée en puissance de France 2024 pour les JO”, a déclaré Pierre Bédier, dans la mesure où les épreuves olympiques de cyclisme sont prévues sur le territoire des Yvelines. Le département, qui a été le théâtre de dernières étapes du Tour mémorables (notamment en 1989 pour le contre-la-montre de Versailles à Paris entre Greg LeMond et Laurent Fignon), accueille également depuis dix ans le Grand départ de Paris-Nice, autre course organisée par ASO.

Natation : Florent Manaudou annonce son retour à la compétition

Le champion olympique du 50 m nage libre aux Jeux de Londres en 2012, Florent Manaudou, a annoncé dans le quotidien “L’Equipe” son retour à la compétition après trois années consacrées notamment au handball.

“Je me suis lancé un challenge : me relancer dans la compétition”. Florent Manaudou, champion olympique du 50 m nage libre aux Jeux de Londres en 2012, a annoncé dans le quotidien L’Equipe son retour à la compétition après trois années consacrées à ses autres passions, le handball et le cinéma.

“J’ai envie de reprendre la compétition”.

“J’ai envie de reprendre la compétition. Depuis quelque temps, ça me manque et de plus en plus. J’ai pris beaucoup de plaisir à faire les choses que j’avais envie de faire depuis longtemps. Je me suis éclaté au hand, éclaté à faire un peu de cinéma…”, affirmé Florent Manaudou dans une interview au journal L’Equipe, publiée dans son édition en ligne, lundi soir. “Je veux me réentraîner, prendre du plaisir là où je n’en avais plus aux Jeux de Rio”, a ajouté le vice-champion olympique de Rio-2016 sur 50 m nage libre et sur 4×100 m nage libre.

Il vise l’or à Tokyo.

Florent Manaudou, âgé de 28 ans, avait annoncé en septembre 2016 “mettre entre parenthèse” sa carrière de nageur afin d’assouvir sa première passion : le handball. Il s’était alors inscrit dans l’équipe de Nationale 2 d’Aix. “L’adrénaline a toujours été quelque chose que j’aimais. Au handball, il y avait davantage le côté jeu. En natation, je m’entraîne pour être le meilleur du monde, pour arriver sur une finale de Jeux olympiques, avoir le stress et détester la défaite. C’est quelque chose que j’avais moins au hand. C’est pour tout ça que j’ai envie de recommencer”, dit-il en se projetant sur les deux prochains JO, en 2020 à Tokyo et surtout en 2024 à Paris.

Sa soeur, première personne au courant.

“Je m’étais déjà dit que si je voulais reprendre pour les Jeux de Paris en 2024, il faudrait faire mon retour en 2021 ou 2022 au plus tard. Je ne pensais pas du tout aux Jeux de Tokyo en 2020, et puis petit à petit, les discussions avec James, avec les gens qui sont autour de moi… Je me suis levé un matin et je me suis dit : ‘C’est parti! Comment je peux faire ?'”, a encore raconté Florent Manaudou.

“Je vais passer trois semaines à Antalya toutes les cinq semaines, ça ne va pas être simple mais voilà, si j’ai envie de le faire jusqu’à Tokyo, je le ferai jusqu’à Tokyo”, a-t-il encore dit en soulignant que sa soeur Laure avait été l’une “des premières personnes à qui j’en ai parlé”.

“Je prendrai les choses comme elles viennent”. 

Prudent, Florent Manaudou a tenu à prévenir ses supporters et amis qu’il ignorait lui-même à quoi s’attendre. “Bien sûr qu’il y aura des attentes quand on verra les premiers temps que je fais. Je prendrai les choses comme elles viennent. J’espère que je vais nager très vite. Mais même moi, je ne sais pas de quoi je suis capable”, a conclu le quadruple champion du monde en grand bassin.

Fair-play financier : le TAS met un terme à la procédure de l’UEFA contre le PSG

Le Tribunal arbitral du sport (TAS) a confirmé la décision de la chambre d’instruction du fair-play financier de l’UEFA de classer l’enquête visant le PSG.

Le Tribunal arbitral du sport (TAS) a donné raison mardi au PSG dans ses démêlés sur le fair-play financier avec l’UEFA, en “annulant” la décision de l’instance européenne de réexaminer les finances du club.

L’instance de contrôle financier de l’UEFA avait décidé en septembre de rouvrir le dossier parisien, classé en juin, après le fol été 2017 à plus de 400 millions d’euros dépensés pour Neymar et Kylian Mbappé. Ce réexamen est “annulé”, explique le TAS qui considère donc que la procédure de juin est “clôturée et définitive”.

Ligue 1 : le PSG domine l’OM grâce à un grand Di Maria

Auteur d’un doublé et d’une passe décisive pour Kylian Mbappé, Angel Di Maria a permis aux Parisiens de remporter le “Classique” face à l’OM (3-1), dimanche soir au Parc des Princes.

Les supporters du Paris Saint-Germain auront au moins ça pour se consoler. Dix jours après le fiasco contre Manchester United, le PSG a remporté le “Classique”, dimanche soir face à l’OM (3-1), en clôture de la 29ème journée de Ligue 1. Double buteur et passeur pour Kylian Mbappé, Angel Di Maria a été l’homme du match, tandis que Marseille a vu son gardien Steve Mandanda expulsé à l’heure de jeu.

Les ultras “n’oublient pas”.

En signe de contestation après la déroute en Ligue des champions, les membres du Collectif Ultras Paris (CUP) avaient choisi de déserter la tribune Auteuil pour les premières minutes de la rencontre, déployant notamment des banderoles “On n’oublie pas” et “respectez l’institution”. Ils ont finalement regagné leurs sièges au moment où Angel Di Maria a inscrit le premier but de la rencontre à la 16e minute… Un but toutefois invalidé par l’arbitre, l’Argentin étant hors-jeu au départ de l’action. Ce n’était que partie remise…

L’OM rivalise, mais Mbappé ouvre le score.

Alors que l’OM réussissait une belle première période, notamment grâce à un gros pressing, et que Dani Alves et Thomas Meunier sortaient sur blessure, le même Angel Di Maria décidait de prendre les choses en mains. Sa remontée de balle suite à un corner marseillais est un exemple. Son relais avec Kehrer aussi, tout comme sa passe vers Kylian Mbappé dans la profondeur. La frappe croisée de l’international français trompait alors Steve Mandanda (1-0, 45+2). Le 26ème but en 23 matches de Ligue 1 pour Mbappé… Et l’assurance de rentrer aux vestiaires plus sereinement.

Germain relance le suspense.

Une sérénité remise en question dès le début de la seconde période, Valère Germain profitant de l’attentisme de la défense parisienne et du bon travail de Lucas Ocampos pour égaliser après seulement 27 secondes de jeu (1-1, 46e). De quoi relancer le suspense, pensait-on. Cela a finalement été le seul tir de l’OM en seconde période.

Di Maria survole les débats, Mandanda voit rouge.

Pire, dix minutes plus tard, Di Maria s’échappait sur la droite de la surface pour remettre Paris devant d’une superbe frappe enveloppée (2-1, 55e). Compliquée pour Marseille, la situation n’a fait qu’empirer à l’heure de jeu… Steve Mandanda, déjà à deux doigts d’inscrire un but contre son camp sur un contrôle raté en début de match (6e), se faisait expulser après avoir détourné le ballon de la main, hors de sa surface. Devant Angel Di Maria… L’Argentin punissait immédiatement le nouvel entrant Yohann Pelé d’un maître coup franc de 28 mètres (3-1, 66e).

Mbappé rate un penalty.

“El Fideo” (“Le spaghetti”) aurait même pu s’offrir un triplé en fin de match sur penalty, si Kylian Mbappé, dur en négociations, n’avait pas décidé de s’emparer du ballon… Pour voir sa tentative détournée par Pelé (90+2). Les ultras du PSG avaient déjà quitté leur siège, et remis leurs banderoles en évidence. Drôle d’ambiance…

La série continue.

Avec sa victoire, le PSG possède désormais 20 points d’avance en tête du classement de Ligue 1 alors qu’il lui reste encore dix matches à jouer. Une autoroute pour s’offrir le titre de champion. A contrario, la série noire continue pour l’OM, 47 points : le club olympien, qui n’a plus battu son grand rival depuis novembre 2011 (3-0 au Vélodrome), perd du terrain sur Lyon (3e, 53e pts) dans la course à la Ligue des champions.

Ligue 1 : vainqueur 4-0 à Dijon, le PSG panse (un peu) ses plaies

Six jours après l’élimination en Ligue des champions, les Parisiens ont largement gagné à Dijon (4-0), mardi soir, en match en retard de la 18ème journée de Ligue 1. 

Le traumatisme n’est pas oublié, mais il a visiblement été en partie digéré. Six jours après son élimination en huitièmes de finale de la Ligue des champions, le PSG a bien réagi en gagnant largement sur le terrain de Dijon (4-0), mardi soir, en match en retard de la 18ème journée de Ligue 1. Les Parisiens accentuent encore leur large avance en tête du championnat, avec désormais 17 longueurs d’avance sur Lille, deuxième.

PSG-OM dans le viseur.

Ce facile succès face à de faibles Dijonnais, 18èmes et barragistes, ne fera assurément pas passer la pilule de l’immense désillusion de la semaine passée face à Manchester United. Mais les Parisiens ont eu le mérite de se remobiliser pour remporter un net succès, dans la foulée de l’ouverture du score précoce de Marquinhos (7e). Kylian Mbappé a inscrit son 25ème but de la saison juste avant la pause (40e), avant qu’Angel Di Maria (50e) et Éric-Maxim Choupo-Moting (90e+2) n’alourdissent le score en deuxième période.

Les Parisiens peuvent désormais se concentrer sur le “classique” face à l’OM, dimanche soir, au Parc des Princes. Un choc dans lequel la défaite sera interdite, sous peine de s’exposer à la colère des ultras parisiens, qui avaient boycotté le déplacement en Côte-d’Or.

Real Madrid : Zidane officiellement de retour comme entraîneur !

Zizou a officiellement été intronisé nouvel entraîneur du Real lundi soir, à peine neuf mois après son départ du club. 

Zidane au Real Madrid, acte II ! Zizou est officiellement de retour sur le banc madrilène, neuf mois après sa démission au sommet de sa gloire. L’entraîneur français, triple vainqueur de la Ligue des champions avec les “Merengue” (2016, 2017, 2018), a signé un contrat jusqu’au 30 juin 2022, selon un communiqué du club. Le champion du monde 98 remplace l’Argentin Santiago Solari, dont le poste était menacé depuis deux défaites dans le clasico contre le FC Barcelone en Coupe d’Espagne et en Liga, et surtout après l’élimination en huitièmes de finale de la C1 contre l’Ajax Amsterdam. Une conférence de presse se tiendra lundi soir à 20h au stade Santiago-Bernabeu.

Un défi immense.

Ce retour de Zidane est un improbable coup de théâtre dans une saison cataclysmique au Real. Après avoir quitté son poste (janvier 2016-mai 2018) parce qu’il estimait ne plus pouvoir tirer le meilleur d’un effectif vieillissant et repu de trophées, le champion du monde 98 a l’opportunité de revenir en sauveur pour redresser la barre d’une fin de saison qui s’annonçait comme un long calvaire. Son absence se sera lourdement fait sentir : après avoir remporté neuf trophées sous les ordres du Français, le Real a laissé partir son meilleur buteur historique Cristiano Ronaldo et sombré dans une fin de cycle avec son nouveau technicien Julen Lopetegui, limogé fin octobre au lendemain d’une déroute 5-1 dans le clasico à Barcelone.

D’abord nommé comme intérimaire, Solari a été conforté en novembre dans ses fonctions, remportant le Mondial des clubs. Une semaine noire au sortir de l’hiver a néanmoins éloigné le Real de tous les trophées possibles : deux clasicos perdus et une élimination sans gloire en huitièmes de Ligue des champions contre l’Ajax Amsterdam. Et en dépit d’une victoire poussive dimanche à Valladolid (4-1), l’Argentin s’est retrouvé sur la sellette, ce qui a ouvert la voie à un possible retour de Zidane, dont la famille reste installée à Madrid. A 11 journées de la fin de la Liga, le Real (3e, 51 pts) est confronté à un incroyable défi : tenter de refaire son retard de 12 points sur le leader Barcelone (1er, 63 pts) pour sauver sa saison.

Ligue des champions : terrible désillusion pour le PSG, éliminé en huitièmes par Manchester United

Deux après la “remontada” du FC Barcelone, le Paris Saint-Germain a connu une nouvelle déroute incroyable face à Manchester United (3-1), mercredi soir au Parc des Princes. Le parcours des Parisiens s’arrête en huitièmes.

Tremblement de terre et nouvel accident industriel pour Paris ! Le PSG, vainqueur 2 à 0 à l’aller, a été éliminé en huitième de finale retour de la Ligue des champions, battu 3 à 1 par Manchester United.

Un penalty en toute fin de match.

Les hommes de Thomas Tuchel ont commencé le match de la pire des manières, en encaissant un but dès la 2e minute. Romelu Lukaku, international belge des “Red Devils”, profitait d’abord d’une passe en retrait mal assurée de Thilo Kehrer pour ouvrir le score (1-0). Si Juan Bernat a rapidement égalisé pour les Parisiens (1-1, 12e), le même Lukaku profitait d’une autre erreur individuelle, sur un ballon inexplicablement relâché par Gianluigi Buffon pour doubler le score (30e minute). Le match a enfin basculé en toute fin de rencontre sur un penalty accordé après visionnage de la vidéo pour une main de Presnel Kimpembe, et transformé par Marcus Rashford (90+4).

Une nouvelle “remontada”, deux ans après.

Le PSG succombe à une nouvelle “remontada” : le 8 mars 2017, Paris avait été éjecté en huitième de finale de la Ligue des champions, écrasé 6 à 1 à Barcelone au retour, alors que le Barça s’était incliné 4 à 0 à l’aller.

Ligue des champions : le Real Madrid, triple tenant du titre, éliminé en 8èmes de finale par l’Ajax Amsterdam (4-1)

Le Real Madrid, triple tenant du titre, a été éliminé à la surprise générale par l’Ajax Amsterdam (4-1) mardi soir, en huitièmes de finale de la Ligue des champions.

Ils ont réalisé l’impensable ! L’Ajax Amsterdam, pourtant battu au match aller 2-1 dans son stade, a éliminé 4 buts à 1 le Real Madrid, triple tenant de la Ligue des champions, après un match incroyable au stade Santiago-Bernabéu, mardi soir, lors des huitièmes de finale, se qualifiant ainsi pour les quarts.

Un Tadic excellent.

L’Ajax a ouvert la marque par Hakim Ziyech sur une passe de Ducan Tadic dès la 7e minute, avant de doubler la mise à la 18e par le Brésilien David Neres suite à un travail remarquable de Tadic, encore lui. Ce même Tadic, excellent, a aggravé le score d’une frappe splendide du gauche enroulée en pleine lucarne (62e). Asensio, pour le Real a réduit le score (70e) d’un tir croisé dans la surface mais le Danois Lasse Schöne a ensuite offert d’un coup franc limpide excentré et en pleine lucarne la victoire aux siens (72e).

Quatrième défaite d’affilée à domicile pour le Real.

Le Real, triple tenant du titre et treize fois vainqueur du trophée, a ainsi concédé sa quatrième défaite d’affilée à domicile après ses revers en championnat contre Gérone (1-2) et surtout ses deux humiliations contre le Barça en Coupe du Roi (0-3) puis en championnat (0-1). Le club entraîné par l’Argentin Santiago Solari, plus que jamais sur un siège éjectable, n’a plus manqué les demi-finales de la C1 depuis 2010.

Tottenham passe sans encombre à Dortmund (1-0).

A Dortmund, Tottenham, déjà dans un siège confortable après son succès 3-0 à l’aller, a confirmé mardi soir sa supériorité en l’emportant 1-0 à Dortmund sur un but d’Harry Kane (48e), bien servi par Moussa Sissoko. La journée de Ligue des champions se poursuit mercredi avec les rencontres Porto-AS Rome (victoire de la Roma 2-1 à l’aller) et PSG-Manchester United (victoire du PSG 2-0 à l’aller).

Ligue 1 : l’OM bat Saint-Étienne et prend la quatrième place

Les Marseillais ont battu les Verts (2-0) dimanche soir au Vélodrome, notamment grâce à Mario Balotelli, qui a fêté son but avec un selfie. 

L’OM poursuit sur sa lancée. Marseille a confirmé sa bonne passe en battant Saint-Étienne (2-0), dimanche soir lors de la 27e journée de Ligue 1. Avec cette nouvelle victoire, les Marseillais (44 pts) prennent la quatrième place aux Verts (43 pts), à cinq points du podium. La soirée a été marquée par le but et la célébration de Mario Balotelli, qui s’est pris en selfie et l’a publié dans la foulée sur son compte Instagram après avoir ouvert le score à la 12e minute. Quelques minutes plus tard, Florian Thauvin a doublé la mise sur penalty (21e), dans un stade Vélodrome pratiquement plein et en fête.

La belle dynamique de l’OM et de Balotelli.

En crise il y a à peine un mois, l’OM s’est spectaculairement redressé depuis quelques semaines. Les choix de l’entraîneur Rudi Garcia de ne pas titulariser ses stars (Gustavo, Rami, Payet et Strootman sur le banc) se sont avérés payants, dans un schéma en 4-4-2 avec les jeunes Kamara et Caleta-Car en défense centrale et Sanson et Lopez au milieu de terrain. Mais ce sont bien les stars marseillaises qui ont débloqué la situation face à des Verts bien décevants.

Mario Balotelli, lui aussi en pleine renaissance depuis son arrivée cet hiver, a inscrit son quatrième but en six matches avec l’OM, d’une superbe reprise acrobatique sur corner (12e). Puis Florian Thauvin a profité d’une faute de main de Debuchy pour doubler la marque sur penalty dans la foulée (21e). Les Marseillais enchaîneront avec la réception de Nice, l’ancien club de “Super Mario”, dimanche prochain au Vélodrome. Avant, dans deux semaines, un déplacement ô combien périlleux au Parc des Princes, pour le “classique” contre le PSG.