Roland-Garros : la Française Diane Parry, 16 ans, s’offre un premier succès en Grand Chelem

La Française Diane Parry, qui jouait le tout premier match en Grand Chelem de sa carrière, lundi, s’est offert une première victoire en battant la Biélorusse Vera Lapko en deux sets.

La jeune Française Diane Parry, seulement 457ème mondiale et bénéficiaire d’une invitation, et qui jouait à 16 ans le tout premier match en Grand Chelem de sa carrière, s’est qualifiée pour le deuxième tour de Roland-Garros en s’offrant la Biélorusse Vera Lapko en deux sets, lundi (6-2, 6-4).

Diane Parry se plaît manifestement sur la terre battue parisienne : il y a un an, alors non classée, la native de Nice s’était illustrée en devenant la première joueuse née en 2002 à remporter un match en qualifications en Grand Chelem (victoire contre Jana Fett, alors 109ème mondiale).

 

Cornet et Parmentier éliminées

C’est déjà fini en revanche pour Alizé Cornet (48ème) et Pauline Parmentier (66ème). La première, qui disputait son 50ème tournoi du Grand Chelem consécutif, plus longue série parmi les joueuses en activité, s’est inclinée 6-4, 6-3 contre la Slovaque Viktoria Kuzmova (46ème), la seconde 6-3, 6-4 contre une des prétendantes au trophée, la Néerlandaise Kiki Bertens, n°4 mondiale.

Roland-Garros : Tsonga et Simon se qualifient pour le 2e tour

Jo-Wilfried Tsonga s’est qualifié lundi pour le 2e tour de Roland-Garros, en dominant l’Allemand Peter Gojowczyk en quatre sets. 

Le Français Jo-Wilfried Tsonga s’est qualifié lundi pour le 2e tour de Roland-Garros, en écartant en quatre sets l’Allemand Peter Gojowczyk, 7-6, 6-1, 4-6, 6-3. Il affrontera au prochain tour le Japonais Kei Nishikori, tête de série n°7.

Après un premier set accroché, Tsonga, en quête de son meilleur niveau après une saison 2018 réduite à portion congrue, la faute à son genou gauche opéré puis récalcitrant, a empoché le second en seulement 19 minutes. Revenu à deux manches à une, Gojowczyk s’est alors mis en position de prolonger la partie en faisant le break dans la quatrième manche (3-1). Mais Tsonga a signé une série de cinq jeux consécutifs pour s’imposer en un peu moins de 2h30 min.

 

Simon gagne en trois sets

Gilles Simon (29e mondial) s’est également qualifié sans trembler en écartant l’Ukrainien Sergiy Stakhovsky (111e) 6-3, 6-3, 6-4 en 2h03. Au prochain tour, le Niçois qui se bat contre les pépins physiques depuis des semaines, affrontera l’Espagnol Jaume Munar (53e) ou l’Italien Salvatore Caruso (147e et issu des qualifications).

Ligue 1 : Rudi Garcia partira de l’OM à la fin de la saison

L’entraîneur, vivement critiqué depuis de longs mois, a annoncé son départ du club marseillais à la fin de la saison, mercredi, lors de la conférence de presse précédant la réception de Montpellier, vendredi.

C’était un secret de polichinelle, c’est désormais officiel. Rudi Garcia a devancé la rumeur et a annoncé mercredi son départ de l’OM, à deux jours du dernier match d’une saison ratée. “J’ai décidé de partir, j’ai proposé cette solution à mon président qui l’a acceptée”, a expliqué l’entraîneur lors de la conférence de presse organisée avant la rencontre contre Montpellier, vendredi, où la 5ème place de Ligue 1 sera en jeu.

Rudi Garcia était vivement contesté par les supporters après une saison catastrophique, marquée par une élimination au premier tour de la Ligue Europa, des sorties prématurées en Coupes ationales et par une absence de qualification pour la Ligue des champions, l’objectif prioritaire du club. Les Marseillais, actuellement sixièmes de Ligue 1, ne disputeront pas de compétition européenne l’an prochain et doivent désormais se trouver un nouvel entraîneur pour débuter un “nouveau cycle”, de l’aveu même de Jacques-Henri Eyraud, le président du club, qui était présent aux côtés de Rudi Garcia, mercredi après-midi.

 

En finale de Ligue Europa l’an dernier

Si l’histoire entre Rudi Garcia et l’OM se termine mal, elle aura aussi connu de belles heures, avec en apogée un magnifique parcours en Ligue Europa la saison dernière. L’aventure européenne, marquée par des qualifications au bout du suspense contre Leipzig en quarts de finale et Salzbourg en demi-finales, s’était conclue sur une lourde défaite en finale contre l’Atlético de Madrid d’Antoine Griezmann (3-0), au Groupama Stadium de Lyon. Malgré une belle saison en championnat, les Marseillais avaient également échoué à se qualifier pour la Ligue des champions pour un petit point, terminant quatrièmes de Ligue 1 l’an dernier, derrière l’OL.

 

Plusieurs humiliations cette saison

Avant le début de cette saison 2018-2019, les espoirs étaient donc grands pour les Phocéens et leurs supporters. Mais tout est rapidement parti à vau-l’eau, entre premières rencontres ratées en Championnat et parcours catastrophique en Ligue Europa, avec, à l’arrivée, un seul point en six matches dans un groupe pourtant abordable, constitué de l’Eintracht Francfort, de la Lazio Rome et des Chypriotes de l’Apollon Limassol. Et, pour son premier match de l’année civile 2019, l’OM avait été éliminé dès son entrée en lice en Coupe de France par les amateurs d’Andrézieux (National 2, 4ème division)…

Comme conclusion d’une saison où rien n’aura fonctionné, malgré un sursaut d’orgueil en février-mars dans la foulée de l’arrivée de Mario Balotelli, les Marseillais ont dit adieu à tout espoir d’accrocher une place européenne au soir d’une humiliante défaite contre Lyon (3-0), dans un stade Vélodrome excédé. La position de Rudi Garcia, contesté autant pour ses choix tactiques que pour sa communication, était dès lors devenue intenable. Plusieurs noms pour le remplacer ont filtré dans les médias, dont ceux de Claude Puel, Gabriel Heinze ou Rafael Benitez. Une chose est sûre : le successeur de Rudi Garcia a du pain sur la planche…

La Fifa abandonne l’idée de faire passer le Mondial 2022 à 48 équipes

La prochaine Coupe du monde, qui se disputera au Qatar, continuera à se jouer dans un format à 32 équipes. Le passage à 48 se fera en 2026. 

Le Mondial au Qatar ne se disputera pas avec 48 équipes. La Fifa a abandonné son projet d’élargir la Coupe du monde dès 2022, comme elle en avait initialement l’intention. La Fédération internationale a expliqué ce rétropédalage par des raisons logistiques et politiques, alors que le Qatar est en conflit diplomatique avec ses voisins du Golfe persique. L’équipe de France défendra son titre dans quatre ans dans le même format que la dernière édition en Russie, soit 32 équipes.

Des impossibilités autant logistiques que politiques

La Fifa avait recommandé en mars de porter de 32 à 48 le nombre d’équipes participant à la Coupe du monde 2022. Cet élargissement était initialement prévu pour le Mondial 2026, aux États-Unis, au Canada et au Mexique.

Cyclisme : Arnaud Démare remporte la 10ème étape du Tour d’Italie

Le sprinteur de la FDJ, qui n’avait plus gagné depuis août dernier, s’est imposé au sprint pour s’adjuger son premier succès sur le Giro. 

Arnaud Démare tient enfin sa victoire sur le Tour d’Italie ! Le Français s’est adjugé le sprint de la 10ème étape, mardi, à Modène. Le sprinteur de la FDJ a devancé le champion d’Italie Elia Viviani, l’Allemand Rudi Selig et l’Australien Caleb Ewan au terme des 145 kilomètres. Démare enlève son premier succès d’étape dans le Giro, auquel il participe pour la troisième fois. Vainqueur de Milan-Sanremo en 2016, le Picard compte à son palmarès deux étapes du Tour de France. Il n’avait pas gagné depuis août dernier.

Une nouvelle étape pour sprinteurs mercredi

Cette étape de reprise après le premier jour de repos lundi, promise aux sprinteurs au vu du tracé rectiligne et plat entre Ravenne et Modène, n’a donné lieu à aucune attaque, hormis une échappée de deux coureurs, le Japonais Sho Hatsuyama et le “local” Luca Covili. Le duo, contrôlé à distance par le peloton, a été rejoint à 25 kilomètres de l’arrivée. Mercredi, les sprinteurs disposent de leur seconde chance de la semaine dans la 11ème étape longue de 221 kilomètres entre Carpi et Novi Ligure. Avec, pourquoi pas, une deuxième victoire pour Démare.

Les victoires françaises dans le Giro depuis 20 ans :

1999 : Richard Virenque (Rapallo), Laurent Jalabert (Terme Luigiane, contre-la-montre à Ancône, Lumezzane)
2005 : Christophe Le Mével (Varazze)
2010 : Jérôme Pineau (Novi Ligure), Damien Monier (Peio Terme)
2011 : John Gadret (Castelfidardo)
2014 : Nacer Bouhanni (Bari, Foligno, Salsomaggiore Terme)
2017 : Pierre Rolland (Canazei), Thibaut Pinot (Asiago)
2019 : Arnaud Démare (Modène)

Le PSG “très serein” sur l’avenir de Kylian Mbappé au club

L’attaquant du Paris Saint-Germain Kylian Mbappé a semé le trouble dimanche, à l’occasion de la remise de trophées UNFP, en ouvrant la porte à un éventuel départ.

“C’est un moment important pour moi. Un tournant dans ma carrière, le moment d’avoir plus de responsabilités. Peut-être au PSG, peut-être ailleurs.” En moins de 24 heures, la phrase prononcée dimanche soir, lors des trophées UNFP, par Kylian Mbappé, élu meilleur espoir et meilleur joueur de Ligue 1, a jeté un froid.

Pour autant, du côté du Paris Saint-Germain, pas d’inquiétude apparente. Jointe par Europe 1, une source au club affiche sa sérénité par rapport aux déclarations du numéro 7 parisien. “On est très sereins. Ce message, c’est une manière de vouloir s’impliquer un peu plus”, nous souffle-t-on. “Il veut être beaucoup plus entendu, peut-être avoir un regard sur certaines choses.” Le PSG a publié lundi soir un communiqué sur Twitter, assurant que “l’histoire commune” entre l’attaquant et le club parisien “se poursuivra la saison prochaine”.

“Il a agité une menace”

Kylian Mbappé, sous contrat jusqu’en juin 2023, est même perçu comme un “lanceur d’alerte”. “Il a agité une menace, bougez-vous”, glisse une autre source à Europe 1.

Après la déconvenue enregistrée en huitièmes de finale de Ligue des champions face à Manchester United (2-0, 1-3), Mbappé, meilleur buteur de Ligue 1 (32 réalisations avant le dernier match du PSG, vendredi soir, à Reims), avait assuré qu’il continuait à croire au projet du club de la capitale. “En se remettant en question et en se posant les bonnes questions, je pense que l’on peut faire quelque chose de bien à l’avenir. Il faut continuer à travailler.”

Pour ses 100 ans, le maillot jaune du Tour de France innove

Un maillot jaune différent chaque jour, c’est le défi que s’est lancé le Tour de France, pour retracer un siècle d’histoire, à l’occasion des 100 ans du maillot jaune.

Le Tour de France ne débute qu’en juillet, mais les préparatifs ont déjà commencé. Cette année, le célèbre maillot jaune fête ses 100 ans, et la direction de la Grande Boucle a décidé d’innover. Pour le centenaire, ce sont 19 maillots jaunes différents qui seront portés, avec chaque jour, un coureur ou un lieu mis à l’honneur.

L’Arc de Triomphe, Bernard Hinault ou Eddy Merckx en têtes d’affiche

À chaque étape son maillot jaune. Tous les jours, le leader du classement général est récompensé par un maillot distinctif, le célèbre maillot jaune. Pour le centenaire de ce symbole du Tour de France, la direction de la course et le Coq sportif, l’équipementier, ont décidé d’associer une légende du tour ou un lieu mythique à une étape. Lors de la deuxième étape, qui arrive à Bruxelles, le premier porteur du maillot jaune arborera par exemple l’Atomium sur son torse, en souvenir du Grand Départ du Tour de la capitale belge, en 1958, l’année de l’Exposition universelle. La cathédrale de Reims, la place du capitole, le pont du Gard, ou encore l’Arc de Triomphe, pour la dernière étape, sont notamment au programme des maillots jaunes.

Outre les monuments historiques, les visages des légendes de la Grande Boucle seront également à l’honneur. Ainsi, Eugène Christophe, premier porteur du maillot jaune en 1919, sera sur le maillot du leader du classement général lors de la treizième étape, et Bernard Hinault, dernier vainqueur français, sera visible sur le maillot jaune lors de l’arrivée à Saint-Étienne, où il avait franchi la ligne d’arrivée ensanglanté en 1985. Eddy Merckx, 50 ans après sa première victoire sur le Tour sera lui à l’honneur lors de la troisième étape, la dernière en Belgique. “Ce sera quelque chose de vraiment particulier pour les 100 ans du maillot jaune”, se félicite Christian Prudhomme, le directeur du Tour de France. “Des maillots jaunes dont on pourra dire dans quelques années ‘ce maillot jaune là, c’était sur telle étape'”.

“J’ai couru avec des maillots qui sentaient le phoque”

Si Bernard Hinault aura les honneurs d’une étape, les maillots ont bien changé depuis son époque. “J’ai couru avec des maillots en laine, qui sentaient le phoque quand il pleuvait”, se rappelle-t-il, plein d’humour. “Et puis il y a eu l’évolution des nouveaux matériaux qui sont arrivés, et aujourd’hui, on a des choses magnifiques”. Les maillots sont effectivement plus proches du corps qu’auparavant, comme l’explique à Europe 1 le directeur de l’usine de Romilly, où sont conçus les maillots jaunes du Tour de France, que le Coq sportif a décidé de produire intégralement en France : “Ce sont des produits proches du corps, avec des matières élastiques, parce que les coureurs ne veulent pas avoir de prise au vent. Mais à la coupe ce sont des matières plus difficiles à maîtriser, comme si c’était du chewing-gum”. Les maillots seront en tout cas fin prêts pour le 6 juillet, jour du départ du Tour.

Le basketteur Tony Parker rachète la station de ski de Villard-de-Lans

Le quadruple champion NBA a racheté lundi la société d’équipement qui gère notamment les remontées mécaniques du domaine. 

Le basketteur français Tony Parker a signé lundi le rachat de la SEVLC, société d’équipement de Villard-de-Lans et de Corrençon-en-Vercors, en Isère, qui gère notamment les remontées mécaniques du domaine, a annoncé la station.

Sur place, Tony Parker a assuré qu’avec ses associés, il ne comptait pas transformer le site en “Hollywood”, mais qu’il voulait “redonner” à la France, “créer de l’emploi, aider la jeunesse”. “Je suis attaché aux aventures humaines, à la France et c’est important pour moi de redonner”, a souligné le quadruple champion NBA avec les Spurs de San Antonio, tout en faisant remarquer que lui-même n’a “jamais skié de sa vie”, en raison de ses contrats. Mais sa femme et ses enfants “adorent”, a-t-il noté, tout sourire, en sweat-shirt à capuche devant une carte du domaine.

Objectif : développer l’activité d’été de la station

Le projet vise à développer l’activité d’été de la station. “C’est un combat uni qu’on essaie de mener pour le bien du plateau du Vercors”, a indiqué Guillaume Ruel, le nouveau directeur général chargé du développement et des relations publiques. Guillaume Ruel, par ailleurs adjoint au maire de Corrençon-en-Vercors, et Sébastien Giraud, un restaurateur d’altitude de la station, ont rencontré pour ce faire Ruben Jolly, à la tête du groupe immobilier lyonnais Federaly.

En relation avec l’ASVEL féminin, le club de basket de Lyon-Villeurbanne racheté par Tony Parker en 2015, après l’ASVEL en 2014, Ruben Jolly a mis les deux hommes en contact avec le champion.

Tony Parker et ses associés de Infinity Nine Mountain, parmi lesquels figurent aussi Nicolas Batum, l’actuel coéquipier de Tony Parker aux Charlotte Hornets, et Marie-Sophie Obama, présidente de l’ASVEL féminin, rachètent 76,9% de la SEVLC à ses propriétaires historiques, les frères Victor et Daniel Huillier, 89 et 91 ans.

Le montant du rachat “inférieur à dix millions d’euros”

La maire de Villard-de-Lans, Chantal Carlioz, a fait part de son “émotion” à voir les Huillier, “pionniers qui y sont allés avec leurs tripes” pour édifier la station, “transmettre le flambeau à quelqu’un qui représente l’histoire du sport français, aux côtés de Zidane ou Killy”. “Ils vont faire ça avec la tête et le coeur”, a renchéri le maire de Corrençon-en-Vercors Thomas Guillet.

Via la société Infinity Nine Mountain, Tony Parker se retrouve à la tête de 22 remontées mécaniques, employant une centaine de personnes en saison et une vingtaine à l’année. La société comprend aussi deux restaurants, pour un chiffre d’affaires total de sept à huit millions d’euros par an, selon une source proche du dossier. Le montant du rachat n’a pas été précisé. Il est “inférieur à dix millions d’euros”, selon la même source.

Ligue 1 : Lyon enfonce Marseille au Vélodrome et consolide sa troisième place

L’OL a nettement battu l’OM (3-0), dimanche soir au stade Vélodrome. Les Lyonnais ont quasiment assuré leur place sur le podium, alors que les Marseillais ne disputeront aucune coupe d’Europe. 

Lyon a encore fait mal à Marseille. Comme souvent ces dernières saisons, l’OL l’a emporté sur la pelouse de l’OM (3-0), dimanche soir en clôture de la 36e journée de Ligue 1. Dans un stade Vélodrome en colère, les Lyonnais ont nettement dominé de faibles Marseillais, grâce à un doublé de Maxwell Cornet et à un but de Moussa Dembélé, pour consolider leur troisième place. A deux journées de la fin, les “Gones” possèdent quatre points d’avance sur leur grand rival Saint-Étienne, quatrième (66 pts contre 62), et ont désormais de grandes chances d’accéder au troisième tour préliminaire de la Ligue des champions.

Pour l’OM, cette deuxième défaite d’affilée à domicile met fin à tout espoir de disputer une coupe d’Europe la saison prochaine. Les Marseillais, 6e (55 pts), ne peuvent plus revenir sur la quatrième place, qualificative pour la Ligue Europa. Un immense fiasco pour le club phocéen, qui avait comme objectif prioritaire de se qualifier pour la Ligue des champions.

Le fiasco de l’OM, la colère du Vélodrome

Hormis plusieurs occasions dans les vingt premières minutes de la deuxième période, Marseille a encore une fois raté son match contre un “gros”. Maxwell Cornet a, au contraire, confirmé son appétit pour les grands rendez-vous, en ouvrant le score (24e) et en clôturant la marque (86e) en fin de match. Deux minutes plus tôt, Moussa Dembélé avait déjà tué tout suspense d’un enroulé du droit (84e). L’OM, réduit à dix après l’exclusion logique de Duje Caleta-Car (67e), concède un troisième match de suite sans victoire et dit définitivement adieu à toute chance de disputer une coupe d’Europe l’an prochain.

Le stade Vélodrome, excédé par cette (nouvelle) prestation manquée, a alors laissé éclater sa colère. Des supporters du virage nord ont tenté d’envahir la pelouse à la 87e minute, dans une ambiance houleuse, avant d’être repoussés par les forces de l’ordre. L’avant-match avait été marqué par de nombreuses banderoles hostiles contre la direction et des huées contre l’entraîneur Rudi Garcia. A Marseille, il est vraiment temps que la saison se termine…

Ligue 1 : tous les résultats de la 35e journée

Le PSG a concédé un nouveau match nul, samedi, lors de la 35e journée de Ligue 1, tandis que Guingamp reste bon dernier après son match nul à domicile contre Caen. 

Déjà sacré champion, le PSG n’en a pas fini avec sa difficile fin de saison. Les hommes de Thomas Tuchel n’ont pas pu faire mieux qu’un match nul à domicile (1-1) contre Nice, samedi, lors de la 35e journée de Ligue 1. Neymar a ensuite égalisé sur penalty (60). Mais Cavani a raté la balle de match dans le temps additionnel (90+3), en ne convertissant pas son penalty.

Vendredi, l’Olympique de Marseille a perdu quasiment tout espoir d’accrocher une qualification pour la Ligue Europa, en concédant le nul (1-1) à Strasbourg. Les coéquipiers de Mario Balotelli ont ouvert le score par Valère Germain (48e), mais Kenny Lala a égalisé après un penalty repoussé par Mandanda (65e). Les Phocéens, qui totalisent 55 points, ont encore quatre longueurs de retard sur Saint-Etienne (59), qui se déplace dimanche à Monaco. De son côté, Strasbourg engrange un 46e point.

Nîmes est allé s’imposer largement à Reims (3-0), grâce à des buts de Jordan Ferri (26e), Renaud Ripart (43e), et Denis Bouanga (46e). Les “Crocos” sont 8e, avec 49 points, tandis que Reims reste dans le top 10 à la 9e place.

Guingamp voit la Ligue 2 se rapprocher

Les Girondins de Bordeaux se sont également inclinés à domicile face à Angers (0-1). Les Angevins ont arraché leur dixième victoire en championnat, grâce à un but de Bahoken (40e), et sont 11e au classement. Bordeaux, qui a subi sa quatrième défaite consécutive, voit le top 10 s’éloigner, et se classe 14e avec 38 points.

Neutralisé par Caen à domicile (0-0), Guingamp reste dernier de la Ligue 1 et se dirige tout droit vers la Ligue 2. Les hommes de Jocelyn Gourvennec voient leur adversaire du jour s’éloigner à cinq points.

Les résultats de la 35e journée : 

Vendredi 

Strasbourg – Marseille : 1 – 1

Samedi

PSG – Nice : 1- 1

Reims – Nîmes : 0 – 3

Bordeaux – Angers : 0 – 1

Guingamp – Caen : 0 – 0