Égalité femmes-hommes : sept syndicats interpellent gouvernement et patronat

Sept syndicats alertent le gouvernement et le patronat sur le quotidien des femmes au travail, qui y sont victimes d'”inégalités salariales, de précarité et de violences sexuelles”. 

“Le compte n’y est pas. Le quotidien des femmes est toujours marqué par les inégalités salariales, la précarité et les violences sexistes et sexuelles” : sept organisations syndicales ont interpellé mardi le gouvernement et le patronat à l’occasion de la journée internationale de lutte pour les droits des femmes. Les syndicats FO, CGT, Unsa, Solidaires, CFE-CGC, FSU, CFTC – à l’exception notable de la CFDT – tirent la sonnette d’alarme sur ces différents thèmes. “En 2019, les femmes sont toujours rémunérées 26% de moins que les hommes en moyenne. Chaque jour, elles travaillent gratuitement à partir de 15h40”, rappellent ces organisations.

Revaloriser les métiers à prédominance féminine.

Alors qu’un “index de l’égalité” salariale – une note sur 100 devant être publiée par les entreprises – a été mis en place récemment, elles estiment que certains éléments de la formule de calcul (seuil de pertinence, barème et pondération) “masquent une partie des écarts” de rémunérations. Pour y remédier, “un bilan rapide devra être tiré et les modifications nécessaires mises en place pour que toutes les entreprises soient dans l’obligation d’éliminer les écarts”. Les signataires de cette déclaration commune souhaitent également améliorer la “lutte contre la précarité et la revalorisation des métiers à prédominance féminine”, métiers qui sont “dévalorisés financièrement et socialement”.

Protéger l’emploi et la carrière des victimes.

Autre revendication : “promouvoir la parentalité partagée” avec par exemple l’allongement du congé paternité qui serait rendu obligatoire. Ils estiment aussi qu’il faut des “droits supplémentaires et des moyens” pour lutter contre les violences sexistes et sexuelles. Au sein de l’entreprise, ils préconisent de “garantir l’indépendance et le rôle des référentes et référents du personnel contre les violences en leur attribuant des droits, moyens et prérogatives”. Ils jugent également nécessaire de “protéger l’emploi et la carrière des victimes, que les violences aient un lien avec le travail ou non”.

More from author

Related posts

Advertisment

Latest posts

Stellantis et Engie s’associent

Le groupe Stellantis, fusion entre PSA et Fiat Chrysler, crée en 2020 et le groupe Engie vont s'associer dans la mobilité électrique. Un défi vers...

La suisse cherche à synthétiser du GNV pour développer un carburant

Le GNV n’est peut-être pas un terme avec lequel vous êtes familier, pourtant vous l’utilisez sûrement tous les jours pour cuisiner et vous chauffer....

L’hydrogène : l’avenir du carburant alternatif ?

La crise écologique qui touche la planète demande à chacun de se poser des questions sur les solutions pour la limiter. Par exemple, réduire...

Want to stay up to date with the latest news?

We would love to hear from you! Please fill in your details and we will stay in touch. It's that simple!