Renault : la CGT dénonce l’opacité autour d’une holding néerlandaise

Les syndicats de Renault s’interroge sur les activités de RNBV, holding opaque chargée de coordonner l’alliance avec Nissan.

La CGT du constructeur automobile Renault a dénoncé, dans un courrier adressé mi-décembre à Bercy, l’opacité qui entoure la société Renault Nissan BV (RNBV), holding néerlandaise chapeautant l’alliance du groupe français avec son homologue japonais Nissan, a confirmé le syndicat vendredi. “Nous avons écrit en date du 11 décembre au ministre des Finances Bruno Le Maire pour faire toute la lumière sur cette nébuleuse RNBV”, a déclaré Fabien Gâche, délégué CGT chez Renault, confirmant des informations de franceinfo, L’Humanité et Libération.

Renault reste muet

“Si on a écrit à Bruno Le Maire, c’est parce que Renault faisait le sourd”, a-t-il expliqué. En outre, “on a découvert par la presse que des responsables de Renault recevaient des rémunérations de RNBV”, notamment Thierry Bolloré, actuel patron par intérim du groupe français, a poursuivi Fabien Gâche. “Nous n’avons pas reçu de réponse” à cette lettre, a ajouté le syndicaliste du groupe Renault, dont le patron Carlos Ghosn, accusé de malversations, est retenu en garde à vue au Japon depuis le 19 novembre. Toujours PDG de Renault, Carlos Ghosn a été démis de ses fonctions à la tête des constructeurs automobiles japonais Nissan et Mitsubishi.

Les administrateurs salariés de Renault “sont totalement privés d’informations relatives au fonctionnement, aux débats et décisions prises au sein de RNBV (…) structure qui chapeaute l’alliance entre les deux constructeurs, basée à Amsterdam et dont ‘le fonctionnement opaque nourrit jour après jour beaucoup d’interrogations’ comme le souligne la presse”, écrit dans ce courrier la CGT, en se référant à des articles de L’Express et du Canard enchaîné évoquant déjà RNBV. Bercy, interrogé vendredi par l’AFP, s’est refusé à tout commentaire.

Une holding pour “coordonner” l’Alliance

Selon le document de référence du groupe Renault, a indiqué Fabien Gâche, RNBV a été “créée en 2002 pour coordonner l’activité de Renault et Nissan, décider de la stratégie des deux entreprises, comme la création de plateformes communes, l’équilibre pour la fabrication de moteurs, de pièces” par exemple. “Seule la rémunération des mandataires sociaux est discutée au Comité des rémunérations, approuvée par le conseil d’administration, votée en Assemblée générale et publiée dans le document de référence”, a précisé une source proche de la direction de Renault, rappelant que “la rémunération des dirigeants salariés n’est pas publiée individuellement”.

Présidée par Carlos Ghosn, détenue à “50% par Renault et à 50% par Nissan, RNBV a des pouvoirs importants”, or “depuis au moins 2012, il y a une absence totale d’informations émanant de RNBV pour les administrateurs salariés de Renault”, a dénoncé Fabien Gâche.

More from author

Related posts

Advertisment

Latest posts

Tesla et ses illuminations de mise à jour

Les voitures électriques du constructeur Tesla nécessitent une mise à jour régulière pour améliorer de nombreux points de contrôles. La force de la marque...

Velis Electro, un futur taxi interurbain?

Le déplacement interurbain se fait généralement par les chemins terrestres, mais le futur nous permettra-t-il d’emprunter les airs ? Les avions légers semblent être une...

Stellantis et Engie s’associent

Le groupe Stellantis, fusion entre PSA et Fiat Chrysler, crée en 2020 et le groupe Engie vont s'associer dans la mobilité électrique. Un défi vers...

Want to stay up to date with the latest news?

We would love to hear from you! Please fill in your details and we will stay in touch. It's that simple!