Les États-Unis ne signent pas “l’appel de Christchurch” contre la violence en ligne

La Maison-Blanche a annoncé mercredi que les États-Unis ne signeraient pas l’appel de Christchurch lancé par la Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern pour lutter contre les contenus terroristes sur Internet.

 

Les États-Unis ne signent pas “l’appel de Christchurch”. La Maison-Blanche a annoncé mercredi que le pays ne s’associait pas à l’appel lancé par la Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern pour lutter contre les contenus terroristes sur Internet, deux mois après la tuerie qui a fait 51 morts.

Les objectifs généraux “soutenus”

“Bien que les Etats-Unis ne soient pas actuellement dans une position de se joindre à l’adhésion, nous continuons de soutenir les objectifs généraux représentés” par “l’Appel de Christchurch”, a indiqué la Maison Blanche.

Mercredi, 26 chefs d’États et dirigeants de grandes entreprises des nouvelles technologies se sont réunis à Paris pour trouver des solutions à la diffusion et la viralité de ces contenus, alors que les images de la tuerie de Christchurch avaient été abondamment relayées sur Internet.