L’Afrique, vers un avenir à 2 roues ?

By Maxime

L’augmentation des revenus en Afrique s’accompagne d’une augmentation du nombre de véhicules motorisés. Toutefois, la mobilité ne suit pas nécessairement la même trajectoire que sur les marchés déjà matures. L’avenir de la mobilité en Afrique est-elle dans la voiture?

L’avenir à 2 ou 3 roues?

La pandémie de Covid-19 a donné un coup de pouce supplémentaire à une tendance existante en matière de mobilité dans les pays à revenu faible et intermédiaire d’Afrique (et d’Asie) : la popularité croissante des véhicules à deux ou trois roues, qui sont utilisés pour le transport public, la livraison de marchandises et la prestation de services, tant dans l’économie formelle qu’informelle. En prime, ces véhicules sont relativement faciles à électrifier, ce qui permet à l’Afrique de rattraper rapidement les efforts de décarbonisation plus avancés en Europe, en Chine et en Amérique du Nord.

En fait, les ventes de motos en Afrique de l’Est ont désormais dépassé celles des voitures particulières. Les taux de croissance annuels des immatriculations de motos se sont élevés à plus de 8 % entre 2013 et 2017. Les ventes de motos dans la région devraient atteindre un demi-million d’ici 2030.

Des start-up et entreprises qui osent les 2 roues en Afrique

Reconnaissant très tôt l’importance des deux et trois roues pour les économies des pays à revenu faible et intermédiaire, le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) et l’Initiative internationale pour le climat (IKI) de l’Allemagne ont mis en place en 2017 une initiative visant à les intégrer dans les systèmes de transport urbain existants en Afrique de l’Est et en Asie du Sud-Est.

À l’époque, il n’y avait pratiquement aucun véhicule de ce type en Afrique de l’Est. Aujourd’hui, la situation a complètement changé. Selon IKI, il existe actuellement plus de 20 start-ups et entreprises qui promeuvent et développent des motos et des trois-roues électriques en Afrique de l’Est. Si ces types de véhicules ne sont pas encore aussi populaires en Afrique qu’en Asie – où la proximité et les coentreprises avec la Chine alimentent le marché – cela pourrait bientôt changer.

Si l’avenir semble radieux pour les deux et trois roues en Afrique de l’Est, le PNUE et IKI s’efforcent de faire en sorte que le plus grand nombre possible de ces véhicules soient électrifiés. À cette fin, ils ont lancé un certain nombre de projets pilotes pour tester de nouvelles mobilités au Kenya, en Ouganda, au Rwanda,etc. Toutes ces initiatives cherchent à transformer la mobilité dans ces pays pour promouvoir l’électricité : le vélo électrique, les scooters électriques, etc. Ces initiatives sont possibles uniquement grâce à un travail étroit avec les gouvernements et les associations de ces pays.

Laisser un commentaire