Comment gérer les nouvelles mobilités?

By Amelie

Alors que les villes cherchent à devenir plus accueillantes pour les formes de transport économes en carburant, permettant la prolifération des programmes de scooters et de vélos en libre-service, elles doivent se demander comment ces options de mobilité s’intègrent dans leur infrastructure actuelle.

Les mobilités douces et leurs problèmes

Aux États-Unis, les villes exigent souvent de ces entreprises qu’elles desservent les quartiers de manière équitable (ou qu’elles ne les desservent pas du tout), mais elles peuvent avoir du mal à faire respecter ces règles une fois que les entreprises sont en activité. Il y a aussi des problèmes de trottoirs bloqués : par exemple à Seattle, où les programmes de vélos en libre-service sont particulièrement populaires, les vélos sans station d’accueil ont également suscité des plaintes concernant l’envahissement des trottoirs (et se sont avérés être la proie idéale pour les vandales). Dans le même temps, les villes des États-Unis ont connu des pics de visites à l’hôpital liées aux scooters, et les enchevêtrements de scooters obstruant les trottoirs urbains ont provoqué une réaction négative. La gestion de ces programmes est coûteuse pour les villes, où les responsables doivent également faire face à l’ire que les vélos et scooters éparpillés provoquent chez les habitants.

Lacuna, au secours des villes en développement

Une société appelée Lacuna a été lancée pour aider les villes à gérer plus efficacement ces nouvelles options de transport respectueuses de l’environnement, en toute sécurité, depuis l’écran d’ordinateur des fonctionnaires municipaux. « Avec les scooters électriques et les vélos en libre-service, les villes ont souvent été confrontées à des problèmes de sécurité, d’encombrement des trottoirs et de saturation des quartiers« , explique Hugh Martin, PDG de Lacuna.

Pour mieux aborder ces défis, Lacuna veut aider les agences de transport et les sociétés de vélos en libre-service à utiliser efficacement les solutions open-source disponibles pour gérer la sécurité des transports dans les rues des villes américaines.

Par exemple, parmi ses services, Lacuna aide les villes à analyser les données des sociétés de partage de scooters électriques et de vélos sans station d’accueil. A Los Angeles, ces entreprises doivent partager leurs données avec le département des transports de la ville. Lacuna offre à la ville un moyen de collecter des données normalisées auprès de divers services de partage de vélos et de scooters à l’aide de logiciels libres. Plus il y a de données disponibles, mieux la ville peut apporter des changements pour aider les scootéristes et les cyclistes.

Une gestion efficace

En plus de rendre les rues des villes plus sûres pour les modes de transport alternatifs, l’objectif de Lacuna est de rendre la mise en œuvre de ces modes moins coûteuse pour les villes grâce à une gestion efficace. La société aidera également les villes avec des logiciels de cartographie à code source ouvert, garantissant des itinéraires sûrs et plus largement partagés par les citadins qui utilisent des scooters et des vélos pour se déplacer.

Outre ses services de logiciels libres, Lacuna vient d’acquérir la société de conseil en technologie des transports Ellis & Associates afin d’offrir des conseils aux villes qui s’efforcent d’améliorer leurs options de transport pour les résidents. La société apportera son soutien aux responsables municipaux qui utilisent, ou espèrent utiliser, des logiciels de mobilité à code source ouvert.

Le développement des nouvelles mobilités ne fait plus de doute dans un monde où les phénomènes du réchauffement climatique sont de plus en plus présents, et où la démographie croissante oblige à revoir les infrastructures. Il est donc important de penser au mieux un avenir serein pour tous les utilisateurs dans les rues des villes. Bien que l’exemple soit ici pris aux États-Unis, il est certains que la même problématique va se retrouver tout d’abord dans les capitales du monde entier mais à court terme dans des métropoles plus petites mais de plus en plus attrayantes.

Laisser un commentaire