Le Copenhagenize indice

By Amelie

« Bienvenue à l’Index Copenhagenize – le classement le plus complet et le plus holistique des villes favorables au vélo sur la planète Terre. Cinquième édition de l’indice biennal depuis 2011, l’effort de cette année a été rendu possible par des mois de travail d’équipe, de recherche et de sensibilisation intensifs. Créer un inventaire du cyclisme urbain aux quatre coins du monde n’est pas une mince affaire – et cette année, nous sommes plus enthousiastes que jamais à l’idée de partager les histoires de cyclisme les plus fascinantes du monde entier. »

Pourquoi cet index?

Les grandes villes parlent souvent de leur capacité à accueillir des cyclistes en toute sécurité. Des professionnels du secteur ont voulu quantifier cette faciliter pour les cyclistes avec un indice qui pourrait être international et servir de référentiel pour aider les villes à continuer le développement de l’espace urbain pour aider au déplacement des cyclistes.

L’entreprise Copenhagenize Design Co. a développé cet indice comme un outil interne à l’entreprise, pour les aider les villes à améliorer leur convivialité pour les vélos. Très rapidement, l’idée d’un référentiel national est né, en rendant public les chiffres obtenus dans leurs études. De plus, il n’était pas question de sortir des graphiques difficilement lisible mais de donner un indice lisible et comparable. Le système de notation et les critères restent inchangés.

Le succès, les réactions et la portée des indices précédents montrent que les villes SONT intéressées par la mesure de leurs progrès en matière de transport à vélo. « Les réponses massives que nous recevons au sujet de l’indice sont constamment encourageantes – une indication réelle que les gens se soucient de leurs villes et veulent qu’elles soient plus saines, plus heureuses et plus pratiques. » déclare la société.

L’engouement montre que l’investissement dans le réseau pour les vélos à un véritable impact pour les usagers du maillage urbain. En plus des avantages pour la ville, l’économie, la santé, l’utilisation croissante du vélo montre que ce mode de déplacement plait de plus en plus aux individus ruraux et urbains. Avec l’urbanisation croissante, les villes ont besoins de solutions de mobilités modernes que le vélo peut leur offrir.

La méthodologie de l’indice

L’indice porte sur des villes de plus de 600 000 habitants, soit plus de 600 villes à travers le monde. Les villes dont les données vérifiées montrent une part modale du vélo supérieure à 2% passent à l’étape suivante et auront une chance de faire partie du classement final.

Pour calculer l’indice, chaque ville se voit attribuer de 0 à 4 points sur 14 paramètres différents. Parmi aux, un critère bonus qui permet de souligner des efforts importants ou des résultats impressionnants. Les 13 autres paramètres sont les suivants :

  1. L’infrastructure cyclable : des voies dédiés, des autoroutes cyclables qui relie la ville à l’agglomération, la qualité du réseau…
  2. Les installations cyclables : un réseau continue et mis en place là où il est nécessaire, une signalisation présente et homogène…
  3. La modération de la circulation : priorité pour les vélos par rapport aux voitures, sécurité des cyclistes prises en compte…
  4. La répartition des sexes : l’égalité des sexes sur les pistes cyclables.
  5. La part modale du vélo : le pourcentage d’utilisation du vélo dans les déplacements.
  6. L’augmentation de la part modale du vélo dans les 10 dernières années.
  7. L’indicateur de sécurité : la part de personne ayant des casques, l’équipement obligatoire pour une sécurité maximale, les chiffres des accidents de la route impliquant des cyclistes.
  8. L’image du vélo : ville où le vélo est mis en avant, il est pris en compte dans la signalisation, dans la communication. Les autres utilisateurs de la route (bus, voiture, piéton…) ont consciences de la présence du vélo.
  9. Les vélos de transport : utilisation du vélo pour transporter des personnes et des marchandises. Le vélo cargo est développé, et considéré comme une option dans les choix de transport quotidien.
  10. La défense des intérêts : présence d’organisation cycliste, mise en place d’évènements pour promouvoir le vélo.
  11. La politique : une politique de la ville en faveur du développement du vélo, la mise à disposition de vélo pour les transports des agents de la ville, des élus qui se déplacent en vélo.
  12. Le vélo en libre service : ville où un programme complet de vélos en libre-service est bien mis en œuvre et largement utilisé tout au long de l’année, avec un nombre plus que suffisant de vélos et de stations d’accueil.
  13. L’urbanisme : des infrastructures complètes sont mises en place, des innovations sont testées pour favoriser la pratique du vélo.

Laisser un commentaire